19.10.2022 Human Ressources HR Communication Luxembourg Performance

Accord de coopération entre les services publics de l’emploi du Luxembourg (ADEM) et du Portugal (IEFP)

Le 18 octobre 2022, Georges Engel, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire et Isabelle Schlesser, directrice de l’Agence pour le développement de l’emploi (ADEM) ont rencontré à Lisbonne, au Portugal, leurs homologues Ana Mendes Godinho, ministre du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale et Domingo Jorge Ferreira Lopes, président du conseil d’administration de l’Institut de l’emploi et de la formation professionnelle (IEFP), afin de procéder à la signature d’un Memorandum of Understanding (MoU) instaurant un cadre de coopération en matière d’employabilité des salariés et demandeurs d’emploi.

Cet accord prolonge et renforce les actions déjà mises en place entre les institutions des deux pays. L’optique est de promouvoir un ensemble d’initiatives visant à développer les compétences des demandeurs d’emploi et des salariés portugais au Luxembourg, ainsi que des candidats à l’immigration au Luxembourg, afin de les aider à acquérir et renforcer celles qui sont les plus attendues par les employeurs, notamment au niveau des compétences transversales, dans des secteurs d’activité confrontés à de fortes pénuries de main-d’œuvre. Sont en particulier concernés la construction, le nettoyage et l’Horesca, mais également des secteurs émergents, à la recherche de profils hautement qualifiés.

La collaboration renforcée entre les deux services publics de l’emploi, ADEM et IEFP, vise également à mutualiser et à échanger informations et bonnes pratiques pour faire face à la transformation du marché du travail, avec en point de mire les défis liés à la digitalisation de nombreux métiers.

Ce programme de coopération sera mis en œuvre dès le premier semestre 2023 et soumis à une évaluation annuelle.

Voici les principales actions prévues :

  • la réalisation d’actions de formations professionnelles destinées aux salariés et aux demandeurs d’emploi portugais résidant au Luxembourg ;
  • une coopération et des échanges dans l’optique d’identifier des compétences pertinentes pour le futur marché du travail ;
  • la réalisation et l’actualisation des études sectorielles, afin d’identifier et anticiper les besoins en compétences et informer les citoyens sur les métiers de demain ;
  • le conseil aux entreprise en termes de « workforce planning » et la mise en place des formations et des mesures visant à développer l’apprentissage et l’upskilling/reskilling tout au long de la vie (programme « Skills Plang ») ;
  • des échanges réguliers sur la conception et la mise en place des formations innovantes, afin de réduire le « Skills gap », à savoir le déséquilibre entre les compétences disponibles et les besoins des employeurs, déjà nettement perceptible au Luxembourg et au  Portugal ;
  • la mise en place d’actions communes afin de faciliter la mobilité professionnelle dans les secteurs définis par les signataires (via le réseau de soutien à la mobilité européenne EURES).

Le ministre Georges Engel s’est félicité d’une collaboration s’appuyant sur un plan d’actions concrètes et a souligné l’intérêt de coopérer sur ces questions : « Le Portugal et le Luxembourg entretiennent des relations bilatérales intenses et ont de nombreuses positions convergentes, marquées par des affinités historiques et par la présence d’une importante communauté portugaise au Grand-Duché. Je me réjouis donc que l’accord de coopération signé aujourd’hui nous donne une bonne base pour améliorer l’employabilité de nos salariés et demandeurs d’emploi. »

La directrice de l’ADEM, Isabelle Schlesser, a de son côté rappelé l’enjeu crucial, sur les plans économiques et sociétaux, que représente le développement des compétences : « L’upskilling et le reskilling, non seulement des demandeurs d’emploi, mais aussi des salariés impactés par la transformation de leurs emplois en raison de la numérisation, de l’automatisation ou des nouvelles formes de travail, sont plus importants que jamais. Il s’agit d’un défi énorme pour nos services publics de l’emploi – un défi qui sera plus facile à relever si nous mettons nos efforts en commun. »

Source: ADEM