As Artificial Intelligence is evolving towards helping businesses in diverse sectors, it can also be a real asset for environmental challenges. As UN Secretary-General António Guterres, among other activists, raised the alarm multiple times regarding climate change, can AI help limit its consequences?

Artificial intelligence applications in the environment sector could be multiple, from data gathering to analysis, so as to find the solutions to best prepare climate change-related effects. For instance, AI-driven technology proves useful to gather and analyze data so as to extract insights. The latter could be highly valuable for governments, businesses or other institutions, in order to make the right decisions. Hence, this could boost climate change research.

Furthermore, businesses are also under pressure to reduce their carbon footprint. The advantage of AI is its ability to “learn by experience, collective massive amounts of data from its environment, intuiting connections that humans fail to notice, and recommending appropriate actions on the basis of its conclusions”, reads a 2021 BCG study. The latter also enumerates three components to focus AI-use on:

  • Monitoring emissions: the aim here is essentially to track emissions throughout the company’s carbon footprint. AI is capable of collecting data from operations, from activities (i.e. IT equipment), from every part of the value chain, but also from satellites
  • Predicting emissions: AI can also be configured to forecast future emissions in relation to the current company’s footprint. From this, it makes possible the reduction targets achievement more accurately
  • Reducing emissions: relying on AI and optimization can drastically enable reducing both carbon footprint and costs

According to the study, Artificial Intelligence could help businesses reduce their carbon emissions up to 10%, or 5.3 gigatons of CO2e. Nevertheless, it goes without saying that investing in AI means that businesses also require high-quality training data.

Clearly, these innovations can easily be applied in any sector, and therefore help improve practices so as to prevent as much as possible climate change effects. It is nevertheless important to note that AI is not perfect and “inherit the value systems and priorities associated explicitly or implicitly with the date they’re given and the problems they’re meant to solve”, Climate Change AI Co-Founder & Chair Priya Donti declared in a recent interview. Although Artificial Intelligence devices are far from perfect, their usefulness in research cannot be denied, as they help analyze and monitor precious data.

Aujourd’hui, la technologie IoT permet d’améliorer considérablement la gestion à distance de réseaux de distributeurs automatiques de boissons, de snacks ou encore de tickets de parking, entre autres exemples. Pour un fonctionnement optimal, à l’échelle d’un vaste territoire, les gestionnaires doivent pouvoir s’appuyer sur une connectivité robuste et sécuriser. Le recours à des cartes SIM multiopérateurs garantit une couverture optimale du territoire. Des outils de supervision performants, en outre, facilitent la gestion et le suivi de la connectivité.

Chacun d’entre nous a sûrement, un jour, acheté un produit ou un service à un distributeur automatique. Qu’il s’agisse d’un café sur une aire d’autoroute, d’une barre chocolatée ou d’un soda à la sortie de la piscine, d’un ticket de parking ou de métro, nous avons tous au moins une fois interagi avec l’un de ces automates. Peut-être même avons-nous déjà ressenti cette frustration de ne pas pouvoir utiliser un de ces appareils, celui-ci s’étant vu apposer une affichette « hors service ».

Selon l’endroit où il se trouve, la maintenance et l’approvisionnement de ce type de distributeur peut s’avérer fastidieuse et peu efficiente. Il a longtemps été difficile, à distance, de déterminer quel moment était le plus opportun pour le réapprovisionner. Il n’était pas rare que, une fois sur place pour remplir le distributeur, l’agent constate une défaillance technique et soit obligé d’aller rechercher des pièces pour pouvoir le réparer.

Une gestion intelligente grâce à la connectivité des objets

Désormais, la connectivité des objets (IoT) contribue à améliorer le suivi de ces distributeurs, en faisant remonter en temps réel un certain nombre de données liées à leur utilisation.

C’est ce que l’on appelle aujourd’hui le « smart vending ».

Cette « intelligence », apportée en conférant aux équipements la capacité de transmettre des données, s’exprime de diverses manières.

Optimiser l’approvisionnement des installations

La télémétrie, par exemple, permet de savoir à tout moment le taux de remplissage de chaque distributeur. Ces données, agrégées au niveau d’une plateforme d’analyse et de gestion, permettent de déterminer à l’avance le moment le plus opportun pour remplir le distributeur. Elles aident à mieux planifier les tournées de réapprovisionnement dans une optique d’optimisation des ressources.

Les possibilités liées au smart vending sont aussi intéressantes dans une logique de maintenance préventive. Des capteurs permettent de suivre en temps réel l’utilisation qui est faite de l’installation. Ces informations peuvent être remontées directement auprès de la société en charge de la maintenance, pour lui signaler que, compte tenu de divers facteurs, c’est le moment de procéder à un entretien ou de remplacer certaines pièces. De cette manière, on s’assure que l’automate ne subit pas de panne et on peut garantir sa disponibilité en continu.

Garantir une connectivité permanente avec un service multiopérateurs

Les applications de « smart vending » fonctionnent grâce aux réseaux cellulaires. Il est essentiel, afin de garantir un fonctionnement optimal à tout moment, quel que soit l’endroit où se trouve le distributeur, de pouvoir compter sur un service IoT multiopérateur, comme le propose POST Telecom. Aujourd’hui, notre offre s’appuie sur des partenaires avec plus de 600 opérateurs en Europe et dans le monde.

Les cartes SIM, à partir desquelles fonctionne notre offre de connectivité M2M, se connectent automatiquement au meilleur réseau mobile disponible à un endroit donné, garantissant une transmission continue des données. En s’appuyant sur un seul et même partenaire, le gestionnaire d’un parc de distributeurs automatiques est assuré de pouvoir connecter tous ces appareils, ces derniers ayant la possibilité d’accéder à l’ensemble des réseaux disponibles sur le territoire. Il n’a pas à craindre une éventuelle zone non couverte par un opérateur donné.

Une connectivité large et robuste, pour répondre à divers usages

La connectivité qu’offre POST est par ailleurs large et robuste. Elle permet ainsi de recourir aux applications les plus récentes. De plus en plus, on voit apparaître sur le marché des distributeurs dotés d’un vaste écran, à affichage dynamique, afin de présenter l’offre disponible dans la machine ou encore de valoriser des annonces. Une connectivité à large capacité permet d’assurer la transmission via le réseau des contenus diffusés sur ces écrans ou de garantir des mises à jour à distance.

Des garanties de sécurité

La robustesse de la solution permet aussi de gérer à distance des terminaux de paiement bancaire intégrés aux distributeurs, avec la garantie que l’information pourra être remontée de manière sécurisée. La solution de connectivité IoT de POST, par ailleurs, intègre aussi une interface de gestion, basée sur une solution CISCO, permettant un suivi des transmissions et donnant accès à de nombreuses options de gestion. L’une d’elles, appelée « white listing », garantit que l’utilisation d’une carte SIM ne pourra pas être détournée, autrement dit qu’elle ne peut fonctionne qu’à partir d’un terminal donné. Il est impossible de prendre la carte SIM d’un appareil pour regarder des vidéos sur un autre appareil, par exemple. On peut de cette manière sécuriser les applications. À tout moment, l’utilisateur peut vérifier le comportement d’une carte SIM, l’usage qui en est fait, le niveau de consommation de données entre autres

Enfin, grâce à la triangulation des cartes SIM, il est possible de géolocaliser à tout moment chaque distributeur. Ainsi il est possible de générer des alertes en temps réel en cas de déplacement no prévu ou encas de dégradation.

(Source : ICT Experts – POST Luxembourg)

Si l’immobilier est l’un des secteurs clés de l’économie luxembourgeoise, il repose encore sur des processus dépassés : longs échanges de mails, de courriers, des appels à n’en plus finir… Cette semaine, nous avons eu le plaisir d’en discuter avec Felix Hemmerling, cofondateur de la startup kodehyve. L’occasion d’en savoir plus sur cette nouvelle plateforme de signature électronique qui promet une économie de 16 à 24 euros par transaction et une augmentation de la productivité de plus de 85%. De quoi susciter la curiosité des professionnels du secteur.

1. Depuis le lancement de la première édition du Luxembourg Open Air (LOA) en 2019, votre avenir semblait tout tracé dans l’événementiel culturel. Pourtant, on vous retrouve aujourd’hui à la tête d’une start-up PropTech, Kodehyve, pourquoi un tel changement ?

C’est en fait le LOA qui est l’intrus dans mon parcours professionnel : après avoir poursuivi des études dans le commerce et la finance, je me suis vite orienté vers la technologie (ICT, analyse de données et développement).

J’ai ensuite eu une période en tant que product manager dans l’espace fintech/regtech où j’ai notamment travaillé sur des onboarding digitaux des clients, sur les processus automatisés AML/KYC et sur les signatures électroniques pour les institutions financières. Et c’est à ce moment-là que j’ai cofondé le LOA, qui comble un vide important dans l’écosystème culturel et sociétal du Luxembourg.

En parallèle, j’ai été très actif dans mes passions privées : l’immobilier et le Web 3. Grâce à mes expériences dans l’immobilier, j’ai découvert de nombreux défauts dans la façon dont le développement immobilier est géré : du côté des promoteurs, des clients, des sous-traitants et de tous les autres acteurs impliqués.

En partageant ces frustrations avec mon cofondateur Julien, nous avons trouvé de multiples façons d’améliorer cet écosystème.

2. L’immobilier repose encore sur des processus dépassés (longs échanges de mails et de courriers, appels téléphoniques, etc.). En quoi cette nouvelle plateforme de signature électronique participe-t-elle à la transformation digitale du secteur et fine à sa résilience ? 

Suite à des recherches approfondies auprès de nos clients, nous avons rapidement identifié la signature électronique et le traitement digital des documents juridiques de manière conforme comme étant deux des besoins les plus pressants parmi les professionnels de l’immobilier.

Le secteur de l’immobilier avait besoin d’une solution qui reliait de manière optimale toutes les parties prenantes, permettant aux utilisateurs de gérer et d’approuver les documents en ligne de manière sécurisée, transparente et collaborative, tout en garantissant que toutes les informations légales requises sont fournies.

Nous avons donc développé une plateforme de signature électronique qui répond aux besoins spécifiques des promoteurs immobiliers, des agences, des bureaux d’architectes et d’ingénieurs, des clients finaux et des sous-traitants, en partenariat avec la Chambre Immobilière du Grand-Duché de Luxembourg (Chambre Immobilière).

L’un des éléments clés qui différencie notre solution des plateformes de signature électronique existantes est la possibilité pour les utilisateurs d’utiliser des modèles de documents prédéfinis qui sont pré-approuvés et légalement certifiés par la Chambre Immobilière. Notre plateforme garantit une conformité totale avec les lois existantes de l’Union européenne (UE), en ligne avec la réglementation eIDAS (Electronic IDentification And Trust Services) sur l’identification électronique et les services de confiance pour les transactions électroniques au sein du marché intérieur de l’UE.

Elle permet de signer électroniquement tous documents liés à une transaction immobilière, à l’exception des documents requérant une signature notariale.

La mise en place généralisée de la signature électronique dans les transactions immobilières au Luxembourg va permettre aux promoteurs et agences membres de la Chambre Immobilière d’offrir une meilleure expérience clients. En effet, ils pourront bénéficier d’un processus rapide, fluide et digital de signature des documents sans avoir besoin de se déplacer.

En déployant notre plateforme sur le marché luxembourgeois, toutes les parties impliquées dans une transaction immobilière ou un projet de développement peuvent désormais accélérer et optimiser leurs processus de manière significative, garantissant sécurité et conformité, tout en préservant l’environnement: plus de 170 kg de bois, 4 000 litres d’eau et 400 kg de CO2 sont économisés lors du traitement digital de plus de 500 documents.

Selon les données fournies par nos utilisateurs, remplacer le traitement traditionnel des documents par la signature électronique permet également aux professionnels de l’immobilier d’économiser en moyenne 16 à 24 euros par transaction, d’améliorer leur productivité de plus de 85 % et de réduire jusqu’à 80 % les erreurs dues à des informations incomplètes.

3. Kodehyve avait été sélectionnée en 2021 pour participer au programme d’accélération Fit4Start, vous pouvez nous en dire plus sur l’importance d’un tel soutien pour une startup ? (au-delà de l’aspect financier, on pense notamment au coaching et au networking) 

Je commencerais par dire que faire partie d’un tel programme peut être d’une extrême valeur – mais qu’il faut l’évaluer correctement. Ce que je veux dire par là, c’est que la valeur d’un programme d’accélération dépend largement de l’adéquation du curriculum du programme et des coachs avec le secteur et le niveau de maturité de la startup.

Je conseille aux entreprises qui envisagent de participer à un programme d’accélération d’évaluer soigneusement le cursus du programme et les coachs. Il existe de nombreux programmes d’accélération fonctionnant de différentes manières, ciblant des startups actives dans divers secteurs et à différents niveaux de maturité. Par exemple, il existe des programmes fonctionnant selon une approche généraliste, qui s’adressent aux startups actives dans tous les types de secteurs. Il y a ensuite les programmes spécialisés, qui se concentrent sur un ou quelques domaines spécifiques, tels que la Healthtech, l’espace, l’ESG ou, pour les programmes de notre secteur, la proptech et la contech.

Les coachs jouent un rôle tout aussi important (voire plus important encore) dans la mesure où ils sont les membres de votre équipe pour les mois à venir, ce qui exige d’eux qu’ils apportent une expérience et un savoir-faire pertinents. Pour garantir ce dernier point, une expérience dans au moins un aspect clé de votre entreprise est requise.

Enfin, afin de retirer le plus de valeur possible, il faut s’engager et essayer de trouver des réponses à autant de questions que possible, en se connectant avec les coachs, les membres du jury et les autres startups. Cela dit, le fait d’être connecté avec d’autres startups est une valeur ajoutée majeure, qui permet aux membres de partager des idées et des défis, de collaborer et de se soutenir mutuellement dans divers contextes.

Pour kodehyve, faire partie de Fit4Start s’est avéré très fructueux.

4. Parmi tous les partenariats possibles, pourquoi s’être rapproché d’Amazon Web Services (AWS) et de LuxTrust ? 

Les raisons de la collaboration avec AWS et LuxTrust sont multiples. L’outil digital est construit sur l’infrastructure cloud d’Amazon Web Services (AWS) et utilise également les services d’authentification existants de LuxTrust.

Pour commencer par une couche importante de la fondation de nos produits, AWS a été une technologie de choix pour kodehyve depuis le premier jour (et même avant). Ainsi, nous avons construit une relation forte avec l’équipe d’AWS, qui nous soutient dans une variété de contextes afin de nous aider à réaliser notre mission de fournir le système opérationnel le plus fiable et le plus puissant aux promoteurs immobiliers.

En ce qui concerne AWS, nous considérons que AWS fournit certaines des technologies les plus puissantes et les plus prometteuses, permettant à des entreprises comme kodehyve de construire des produits puissants basés sur des services fiables et de haute qualité :

– d’une part, nous construisons nos produits avec AWS serverless, ce qui nous permet de construire rapidement tout en assurant la performance, la qualité et la scalabilité. L’utilisation des technologies AWS serverless permet à kodehyve de bénéficier d’une infrastructure de pointe qui garantit la stabilité technique, la sécurité, l’évolutivité et une disponibilité des serveurs de 99,99 %. En effet, la sécurité des données est un élément clé et décisif de notre choix de collaboration avec AWS pour la plateforme de signature électronique. De nombreuses informations sensibles et confidentielles sont échangées lors d’une transaction immobilière, il était donc primordial pour nous de pouvoir offrir une plateforme assurant un standard maximal de sécurité ;

– d’autre part, l’utilisation d’AWS pour l’hébergement permet à kodehyve de se développer rapidement, économiquement et en toute souplesse à l’échelle internationale, tout en accédant à des données très précieuses.

En ce qui concerne LuxTrust, mon co-fondateur Julien et moi-même avons travaillé avec eux dans le cadre de nos précédentes activités. Cela dit, nous avons construit une relation forte avec l’équipe de LuxTrust grâce à des projets FinTech/RegTech passionnants dans le passé :

– d’une part, LuxTrust est un acteur établi dans le domaine des technologies d’authentification, actif dans de nombreux secteurs tant au niveau local qu’international. Leurs technologies de signature électronique sont puissantes et font partie intégrante de notre produit phare : la plateforme de collaboration kodehyve, qui est effectivement le système opérationnel des promoteurs immobiliers, permettant une plus grande collaboration, une efficacité et une transparence plus importante lors de la gestion et de l’analyse des projets de développement immobilier ;

 

– d’autre part, les résidents du Luxembourg connaissent et font confiance à LuxTrust, car l’adoption de cette technologie dépasse largement le secteur privé, puisque LuxTrust est le fournisseur d’authentification officiel national dans le contexte de toutes sortes de transactions nécessitant l’authentification de l’utilisateur, telles que la banque en ligne, les procédures légales et fiscales auprès du gouvernement, etc.
En ajoutant les solutions d’identification en ligne bien établies de LuxTrust, les professionnels de l’immobilier peuvent compter sur une signature électronique simple et avancée. Le ” e-seal ” de LuxTrust ajoute un élément clé à la plateforme en désactivant la possibilité de modifier les documents après leur signature, ajoutant ainsi une couche supplémentaire de sécurité et de confiance pour l’utilisateur.

 

5. Vous aviez réussi à lever 1 million d’euros en 2021 auprès de divers investisseurs, du Luxembourg à Singapour. Cette levée de fonds va-t-elle permettre de s’attaquer à d’autres marchés où l’immobilier est sous tension ? Comme en Allemagne et en Suisse par exemple ? 

L’ambition derrière la levée de fonds au début de l’année 2021 était principalement d’accélérer le développement de produits et de préparer une phase de croissance plus agressive sur le plan commercial.

Alors que nous nous efforçons d’apporter encore plus de valeur aux marchés sur lesquels nous sommes actuellement actifs, près de 100 % de nos clients ont également des activités sur des marchés étrangers, ce qui nous permet de préparer une expansion internationale grâce à des efforts conjoints.

Cela dit, nous préparons effectivement l’entrée dans une variété de territoires et nous communiquerons sur ces aspects dans un avenir proche.

6. Pensez-vous, un jour, pouvoir transposer cette solution à d’autres secteurs d’activité ? 

Nous voyons beaucoup de secteurs qui ont un besoin urgent d’une solution comme la nôtre, comme l’assurance et l’automobile. Toutefois, l’immobilier est un marché extrêmement vaste, fortement fractionné au niveau local et international et qui a un besoin urgent de transformation digitale.

Au cours des prochaines années, nous concentrerons notre attention et nos efforts sur l’espace immobilier. Si nous n’excluons pas la diversification de nos produits, nous cherchons avant tout à améliorer l’écosystème non seulement au Luxembourg, mais aussi en Europe et au-delà.

Nous visons en premier lieu l’excellence de notre plateforme de collaboration. Nous avons pour ambition de fournir le système opérationnel de référence de la promotion immobilière. En effet, notre solution couvre un large panel de cas d’utilisation et permet ainsi de remplacer de multiples logiciels par une solution unique, puissante mais aussi facile d’utilisation.

On June 8, the European Union (EU) passed a provisional agreement to generalize USB type-C as the unique charger for electronic devices in the European Union. This agreement will take effect in fall 2024. Concretely, what will it change?

After a failed request in 2009, the European Commission finally succeeded in agreeing on the importance of instituting a common charger within the European Union. This change will oblige technological devices manufacturers, such as phones or tablets, to use the USB-C charging port for their future products.

This decision arises after a study led by Ipsos & Trinomics, that the European Commission called for in 2019. At that time, the paper revealed that 84% of mobile phone users “have experienced problems related to their phone chargers in the past two years”. The main problems encompassed the speed difference between some chargers, the unavailability of compatible chargers, as well as a confusion to find out which charger is compatible with a given device. At least one of these problems have caused “significant issues” to 15% to 20% of surveyed users.

Beside, the production of these chargers is problematic for environmental reasons. Manufacturing each different charger enhances a high use of raw materials, and generates a high CO2 emissions mainly because of transportation means. The study highlights that “mobile phone chargers are responsible for around 11,000 – 13,000 tonnes of e-waste per year”, or between 600 and 900 kt CO2e life cycle emissions. This helps explain the European Commission’s urge to rethink the charger supply chains.

Hence, this provisional agreement aims to enable a “wider EU effort to make products in the EU more sustainable, reduce e-waste and make life easier for consumers”. This decision is also part of the European Green Deal, which establishes plans to follow to reach a climate-neutral Europe by 2050.

Here are the details, the new policy:

  • regards every smartphone, tablet, digital camera, headphone/earphone, portable video-game console, portable loudspeaker, e-reader, keyboard, mouse, and portable navigation device. Regarding laptops, they will have to comply with 40 months following the new legislation adoption.

  • aims at adapting to new technologies, notably in terms of portless charging solutions

  • prevents consumers from buying a charger when they buy a new device. This means that they will have the option to whether accept or decline having a new charger

What about Apple? Indeed, the brand did not manufacture smartphones relying on USB-C connection type. The latter was introduced in other devices, such as the 12in MackBook model in 2015 or the iPad Pro in 2018. Hence, this means that Apple – among other brands – will be compelled to spread the USB-C type to all its devices, which represent a substantial change in its corporate identity and supply chains. Let alone the amount of useless chargers that are to be accumulated after the policy passes. What will be the solutions to recycle them?

This provisional agreement is to be officially approved by the European Parliament and the Council, after the summer holidays. The policy is planned to come into effect 20 days after its publication in the Official Journal of the EU. Also, it is to note that new devices placed on the market before the upcoming rules application date will not be affected.

Data is a product that companies produce and exploit in order to meet the challenges of today and tomorrow in a highly competitive market, to adapt to growing regulations, and to benefit from the technological revolution represented by AI.

Data, through its effective management, ensures the survival of the company, especially considering the abundance of regulations in the public and private sectors and more so for banking and financial services organizations. The increase in storage capacities with the Cloud, the rise of BI and AI have allowed to convert this data into information that can generate business and strategic value. The centralization of data within a company allows the provision of global information for its strategic orientation. However, the quality of data is often impacted when it comes to centralizing it: different names for the same data depending on its origin and the absence of a common taxonomy for the company impact integration efforts.

Organizations have implemented fragmented approaches (by business unit/department) to manage their data. They should however be treated on a larger scale. It is important to understand that there is no one-size-fits-all solution that will meet the needs of every organization. A data governance program that works well in one case may not work in another. Many public or private organizations have already addressed these issues and find themselves at different stages of development. There has been quite some learning along the way and this experience could help organizations which are in their early stages or have lost their way in the process.

Initiatives are ongoing at European Union level establishing a legal framework to facilitate the voluntary sharing of data, without however setting out new rights or modifying existing rights in terms of access and use of data (“Data Governance Act”) and establish harmonized rules on access and fair use of data (“Data Act”). These future legal acts concern the public and private sectors of the European single market. Specifically, the Data Governance Act would deal with the accessibility of public sector data for re-use, the sharing of data between companies (against payment), the use of personal data with the help of a “personal data sharing intermediary”, and the use of data for altruistic purposes. The Data Act, for its part, would deal in particular with access to and use of data by consumers and businesses, the use by the public sector of the EU of data held by businesses in certain situations (e.g. in the case of public emergencies), and the development of interoperability standards for data intended for re-use between sectors.

Data governance

Data governance promises to help organizations take a holistic approach to managing data and overcome consistency issues. Data governance is the formal orchestration of people, processes, and technology to enable an organization to leverage data as a business asset.

The best data governance meets seven principles. First, it is important that governance be carried by a sponsor who provides leadership to all data governance initiatives within the company. This is the principle of sponsorship. The organization should also have a data governance committee whose role is to lead the adoption and compliance of data management controls and procedures. The principle of ownership implies that the company defines in a clear and documented way the roles and responsibilities for the data management. Data consistency is ensured throughout the company by clearly defining and communicating data standards and policies. The monitoring principle makes it possible to establish procedures for tracing, analysing and reporting data compliance with the standards and data policies defined within the company. Change control is the principle by which the organization puts in place a procedure to evaluate, approve and communicate changes to data standards and policies. Last, but not least, is support from the executive. All business leaders need to be engaged and aligned with data governance initiatives.

In organizational terms, data governance consists of the sponsor (leadership role), the data governance board (steering role), and the stakeholders who execute and operationalize data governance.

A “data-centric” approach to governance

Rapidly accelerating technological evolutions, the recognized value of data, and increasing knowledge of these data are changing the meaning of the term “data-centric”.

Data are embedded in every decision, interaction, and process: Organizations are able to make better decisions and automate basic day-to-day activities and decisions that occur regularly. Employees are free to focus on more “human” areas, such as innovation, collaboration and communication. The data-driven culture facilitates continuous performance improvement to create truly differentiated experiences for both customers and employees.

The provision of data is approaching a “real-time” model: the way data are generated, processed, analysed and visualized by end users is radically transformed by new and ubiquitous technologies. Advanced analytics tools are reasonably accessible to all organizations as the cost of “cloud computing” continues to drop and more powerful “in-memory” data tools come online.

More flexible databases allow data to be integrated and ready to use. Although data proliferation is fuelled by unstructured or semi-structured data, most usable data today are still organized in a structured way using relational database tools. An unstructured model should be preferred as the first level of storage, such as NoSQL databases, for example, allowing data to be organized more flexibly and accelerating the development of new AI-driven capabilities.

Data should be considered as a product: they are used by internal teams or external customers; they should be managed by dedicated teams to integrate security, evolve data engineering (for example, to transform data or continuously integrate new data sources), and implement tools for access and analysis. The “data product” is constantly evolving to meet consumer needs (continuous integration and delivery model). Overall, these products provide data solutions that can be used more easily and repeatedly to address various business challenges and reduce the time and cost of delivering new AI-driven capabilities.

The mindset of organizations has totally shifted towards treating privacy, ethics and data security as mandatory competency areas, due to changing regulatory expectations such as data protection (GDPR). Efforts in this area should be common across the entire organization and included in governance. Overall, they allow organizations to build greater trust in both the data and the way they are managed, ultimately accelerating the adoption of new services based on these data.

(Source: Sogeti)

A l’occasion du 25e anniversaire de sa gamme Precision, Dell dévoile une station de travail parmi les plus puissantes jamais conçues. Dell avait annoncé précédemment la station de travail mobile 14 pouces la plus puissante du marché, suivie de la présentation le mois dernier des nouvelles station de travail mobiles Precision 7000. Ces dernières intègrent non seulement les innovations technologiques les plus récentes, mais aussi le nouveau format de mémoire DDR5 qui est appelé à devenir le futur standard du marché.

Cette nouvelle tour Precision 7865 intègre le processeur AMD Ryzen Threadripper PRO 5000 WX. Qu’il s’agisse de réaliser la prochaine superproduction d’animation, de développer des applications de réalité augmentée innovantes ou d’analyser de gigantesques volumes de données, cette station de travail professionnelle réunit en un seul système puissance, flexibilité et fiabilité exceptionnelles.

La nouvelle tour Precision 7865 plus en détails

Il est aujourd’hui essentiel de réaliser plus de projets en un minimum de temps et de la manière la plus fluide possible. Cette nouvelle tour haute performance intègre le dernier processeur pour station de travail AMD disponible sur le marché, le Threadripper PRO 5900WX. Optimisée pour les charges de travail exigeantes et multi-applications elle permet aux utilisateurs de traiter plus efficacement les workflows intensifs et complexes. Elle fait le lien entre la vitesse d’horloge (précieuse dans les workflows interactifs tels que la conception assistée par ordinateur) et le calcul (nécessaire pour les workflows tels que le rendu ou la simulation), la tour Precision 7865 répond, sans compromis aux exigences de la data science, de la conception graphique, de l’ingénierie, de l’imagerie, de la réalité virtuelle et de l’intelligence artificielle.

Conçue pour les ingénieurs, les architectes, les créatifs et les designers utilisant des workflows polyvalents, la tour Precision 7865 est équipée d’un maximum de 64 cœurs de processeur, jusqu’à 56 To de stockage, Thunderbolt 3 en option, jusqu’à 1 To de mémoire DDR4 ECC avec RMT Pro ainsi qu’une suite complète de cartes graphiques professionnelles en option (AMD Radeon PRO W6800 jusqu’à 32 Go ou NVIDIA RTX A6000 jusqu’à 48 Go). La tour Precision 7865 permet de créer et de générer des rendus simultanément, sans compromis sur les performances.

La nouvelle conception du châssis intègre une ventilation à motif hexagonal adaptée à la mise en place de conduits d’air dédiés pour les composants essentiels. Cette configuration améliore autant l’efficacité thermique que les performances acoustiques : l’assurance pour chacun de pouvoir se concentrer sur son travail grâce à un fonctionnement fluide et silencieux du système. Le tout tient dans un châssis 14 % plus compact que la tour Precision 7820.

Dell s’engage depuis longtemps et de plus en plus à faciliter la maintenance de ses produits, et les utilisateurs retrouveront cet engagement dans les stations de travail Precision 7865. L’entretien et la mise à niveau sont facilités par un accès pratique à l’avant et sur le côté. Les espaces intérieurs sans outil abritent des composants organisés selon un code couleur pour une mise à niveau intuitive de la mémoire, du stockage ou des cartes graphiques à mesure qu’augmentent les besoins de puissance. Soucieux de garantir la pérennité du matériel, les ingénieurs de Dell ont privilégié la facilité de mise à niveau et l’évolutivité, pour répondre non seulement aux attentes de performance actuelle, mais qui puisse également évoluer aux côtés des pros qui l’utilisent.

ImageImage

La rencontre de la haute fiabilité et d’une expérience enrichie

Parce que la performance et la productivité doivent atteindre le plus haut niveau sur une diversité d’applications et de workflows multi-thread, la fiabilité et la sécurité ont une importance capitale. Les certifications professionnelles des logiciels reposant sur des tests et des critères rigoureux contribuent à garantir des applications optimisées et entièrement fonctionnelles. Des partenaires privilégiés, dont Blackmagic Design, leader dans le domaine de la technologie vidéo et cinématographique propose une expérience utilisateur exceptionnelle et complète.

« Des cinéastes réalisant leur premier film aux grands studios, nous constatons que nos clients utilisent DaVinci Resolve Studio avec des flux de production vidéo haute résolution de plus en plus complexes. La technologie dont ils ont besoin pour créer doit être à la hauteur de leurs attentes de puissance et de fiabilité. La nouvelle tour Precision 7865, avec le processeur Ryzen Threadripper PRO d’AMD, combine hautes performances et calcul complexe. Nos clients bénéficient ainsi d’un système puissant et configurable pour exécuter Blackmagic Design Resolve Studio », a commenté Dan May, Président de Blackmagic Design.

En outre, le logiciel Dell Optimizer for Precision utilise l’IA pour permettre au système d’apprendre et de s’adapter aux modes de travail de l’utilisateur et de répondre plus intelligemment à ses besoins, améliorant ainsi automatiquement les performances des applications, le reporting personnalisé et les analyses.

Le design de la tour Precision 7865 a été soigneusement pensé pour pouvoir accéder facilement à l’intérieur de la machine, avec un châssis verrouillable à détection d’intrusion pour en assurer la sécurité.  L’intégration du module TPM 2.0 (pour Trusted Platform Module) et de disques à cryptage automatique créent une solution complète sur laquelle les utilisateurs peuvent s’appuyer pour protéger les données sensibles, la propriété intellectuelle et les projets confidentiels. Pour compléter encore la facilité d’utilisation, des ports USB Type-C et A, sont disposés à l’avant de la tour, et des poignées de transport facilitent les déplacements en cas de besoin.

La tour Precision 7865 fournit d’excellentes vitesses réseau (1 Go et 10 Go en natif), idéales pour le télétravail et pour permettre à plusieurs utilisateurs de travailler virtuellement sur une seule tour. Avec l’aide d’AMD PRO Manageability, la tour Precision 7865 offre une gestion hors bande (OOB) et à distance sécurisée, avec la possibilité pour les administrateurs informatique de répondre aux besoins des collaborateurs quel que soit le lieu où ils travaillent.

Disponibilité

La station de travail Dell Precision 7865 sera disponible cet été. Les prix seront annoncés à l’approche de la date d’expédition.

Communiqué de presse de Dell Technologies

As cybersecurity strategy, leadership and technologies continue to evolve, Gartner, Inc. highlighted three steps security leaders can take now to prepare for the emerging threat landscape over the next 10 years.

“The rise of artificial intelligence (AI) is a double-edged sword for CISOs,” said Katell Thielemann, VP analyst at Gartner. “Enterprises are facing a deluge of automated cyberattacks, which are exponentially rising in velocity, variety and complexity. However, AI is simultaneously supporting security teams in detecting and responding to threats, fundamentally changing organizations’ defense paradigms.”

Gartner analysts identified three ways that security leaders can prepare for the evolution of cybersecurity during the Opening Keynote of the Gartner Security & Risk Management Summit, taking place in National Harbor through Friday.

“If the 2020s were the decade of ‘hybrid everything, the 2030s will be the decade of ‘augmented everything,’” added Andrew Walls, distinguished VP analyst at Gartner. “Attackers are weaponizing AI just as fast as organizations augment their defenses with it, meaning that it’s not enough for cybersecurity technologies to evolve – strategy and leadership approaches must change, too.”

Invoke Continuous Foresight

Security leaders must look beyond immediate threats and embrace continuous foresight, a strategy that integrates research insights into internal capabilities and third-party tools to maintain a proactive security approach.

Gartner forecasts that information security spending will reach $187 billion in 2023, an increase of 11.1% from 2022. As security budgets continue to rise, CEOs and Boards of Directors will expect a highly strategic approach to security investment that results in demonstrable returns typified by fewer breaches and greater enterprise resilience. Pursuing multiple models of the future will enable security leaders to build an investment strategy that is flexible enough to respond to new threats with agility.

Play to Your Strengths as a Leader, But Know Your Weaknesses

Effective enterprise cybersecurity requires deep technical, business and strategy expertise, yet it is unlikely that one security leader excels in all three areas. In fact, Gartner predicts that by 2025, a single, centralized cybersecurity function will not be agile enough to meet the needs of a digital organization.

“The most effective CISOs don’t try to do it all,” said Thielemann. “Play to your strengths as a leader, and then augment your teams with those who complement your weaknesses.”

Remember the Attack is Never Over

The nature of technology is one of perpetual change, meaning that new attack techniques and threat vectors will continue to emerge as new technologies do. Security leaders must remain on the cutting edge of technology innovation by investigating solutions including cybersecurity mesh architecture, AI-augmented security tools, homomorphic confidential computing and other emerging security technologies.

Press release from Gartner

Recent research by Oxford Economics and SAP SE has uncovered significant barriers to corporate sustainability initiatives.

The problems include a lack of communication and engagement by executives, ineffective use of data, siloed technologies that don’t share processes or information and a lack of cross-company and industry collaboration and partnership.

Yet while the value of sustainability initiatives is not being realized broadly, the study also shows that the business case for them is well understood. Executives expressed eagerness for their organizations to become more sustainable, citing efficiency (58%), improving brand reputation (46%) and meeting customer needs (44%) as top business benefits for sustainability efforts. Overall, 63% of the executives surveyed indicated that their company has a formal sustainability plan already in place.

“Executives recognize that sustainability efforts can lead to better profitability, attract both customers and employees and drive a positive impact across their supply chains,” said Vivek Bapat, senior vice president, Purpose and Sustainability, SAP. “But achieving these goals requires a high degree of communication and engagement. At SAP, we’re trying to understand how we can support these companies in realizing results from their sustainability goals and to defining best practices across industries.”

Sustainability Leaders Are Emerging

Most organizations responding to the survey described loosely defined sustainability commitments and limited connections with internal and external audiences. Roughly two thirds of executives who do have sustainability plans in place say the scope and vision of the plans are not effectively communicated across the organization or externally.

However, the research did identify a small group of executives – about 9% – who have embraced sustainability-focused processes and are reaping the benefits. These “sustainability leaders” are defined by traits such as setting clear expectations at the strategic level, applying the transformative power of technology and data management and engaging with important audiences such as employees, supply chain partners and policymakers.

“Sustainability leaders go beyond vision to ensure that sustainability initiatives are acted upon,” said Edward Cone, editorial director, Oxford Economics. “They communicate with key constituencies both inside and outside the company, and they use integrated technologies to measure and track performance in a way that drives accountability.”

” style=”box-sizing: border-box; max-width: 960px; min-height: auto; overflow: hidden; position: relative;”> 

How Being a Sustainability Leader Can Help Boost Profit

Click the button below to load the content from YouTube.

Always allow YouTube

Addressing the Core Concerns Can Jump-Start Sustainability Initiatives

The Oxford Economics and SAP study offers comprehensive data to paint a broad picture of corporate sustainability efforts. From the responses, key challenges emerge where companies can focus to improve their sustainability results and move into the “Leaders” category. Efforts to address those concerns fall into five core areas:

  • Begin with executive sponsorship. Sustainability efforts should start with setting an explicit plan that is communicated and emphasized throughout the organization.
  • Drive clear, consistent communications. While sustainability efforts begin at the top, the vision must be turned into action by employees. Connecting key teams with clear goals is important to push greater sustainability performance.
  • Integrate processes, technologies and data. Most businesses have not embedded sustainability into their core strategies, leading to disconnected technologies that double count, prevent strategic planning and leave financial and nonfinancial information disconnected. Unifying these assets provides visibility into progress and performance.
  • Extend sustainable practices to customers, partners and suppliers. Energy providers are a key component of sustainability practices, but more than one third of respondents don’t view using sustainable energy providers as critical to their carbon-reduction goals (36%). They also don’t impose the same requirements on their partners that they put on themselves. Sustainability is a team sport that requires participation across the supply chain.
  • Understand that data is critical. Capturing and analyzing data provides insight into resources and efficiency. It enables the organization to measure outcomes and raises the flag when improvements are needed. This key component is an area ripe for innovation across industries.
     

Read the full study here. SAP and Oxford Economics are committed to continuing to study and understand sustainability best practices and to helping companies worldwide build more efficient, sustainable operations.

Press release from SAP

Tesla CEO Elon Musk announced that the second AI Day would be postponed from August 19th to September 30th. The reason is simple: he wants to keep himself one more month to “have an Optimus prototype working by then” (source: Twitter). But what is exactly Optimus?

Last-year Tesla AI Day was the occasion for Tesla to present the upcoming developments regarding its autonomous electric vehicles. Musk explained that these innovations can serve as a basis for other projects such as robotics. This explains the project to create the first humanoid robot, aka Optimus. The latter, initially named “Tesla Bot”, would help humans in everyday life, and eventually would prevent humans from ever working again.

As unrealistic as it may sound, Musk seems to have a clear idea of the society upgrades he wants to implement. In fact, this robot would aim to “eliminate unsafe, repetitive, boring tasks” reads the Tesla website. Optimus measures 5’8” (1m72) and weighs 125 lbs (57 kg), and would be able to carry 20 kg on long distances, and deadlift up to 68 kg charges. Hence, the humanoid bi-ped is to be helpful when it comes to carrying heavy items; and thus take over humans in different professional sectors.

Nevertheless, its speed would not exceed 5mph (8 km/h). This particularity is voluntary so the robot does not represent any danger to humans. The main objective is for Optimus to assist humans, be it in personal or professional settings. In the long term, Musk would also like to enable its robots to develop a unique personality, similarly to humans.

It is to note that Musk announced in early 2022 that Optimus production would start in 2023. Therefore, it would be a world premiere in the robotic sector if Optimus is operational for the next Tesla AI Day. Let’s find out the verdict on September 30…

On May 30, the National Institute of Information and Communications Technology (NICT) in Japan declared that its research team set a new record in terms of data transmission speed. Although 5G is still in progress and promises faster speed, the NICT researchers defy the speed limits.

Researchers already reached a data transmission speed record in 2021, through the achievement of 319 terabits per second. One year later, the same team outperformed themselves and succeeded to increase the data transmission speed to 1020 terabits per second (or 1.02 petabits per second). It is to note that this was accomplished on an existing 51.7-kilometer long network cable.

In other words – thanks to this new technique – it would be possible to transmit 10M video feeds simultaneously. According to the NICT press release, researchers relied on 0.125mm diameter multi-core fiber (MCF) with wavelength division multiplexing (WDM). The latter enables sending signals of different wavelengths simultaneously through the line. Also, the technique rests upon the use of four-core  MCF so as to quadruple the routes for data transmission.

Although this innovation is impressive, it cannot be generalized anytime soon. In the meantime, the NICT will keep researching on advanced optical fibers for both near and long-term applications. As the number of devices is on the rise, it remains important to innovate in terms of data traffic and communication systems.