23.01.2023 Marketing Farvest decrypt Interview Marketing

New Space 2022, un événement hybride novateur

Writer Samira Joineau
freelens_lsa_newspaceeurope2022
© Sabino Parente

Dans le cadre de la 13ème édition du Gala Marketers, l’incontournable cérémonie des Luxembourg Marketing & Communication Awards a fait son retour le 7 décembre dernier avec trois nouvelles catégories. L’occasion de tendre le micro aux lauréats et d’en savoir plus sur leurs différents projets !

Dans cette interview exclusive, Freelens lève le voile sur les behind the scenes de l’événement New Space 2022, co-organisé avec la Luxembourg Space Agency (LSA) en octobre dernier.

Pour l’événement “New Space Europe” de la Luxembourg Space Agency (LSA), vous avez proposé, en collaboration avec DB Video Luxembourg, un concept d’immersion unique. Pourquoi avoir choisi ce format en particulier pour l’événement ? D’où vous est venue l’idée ?

Les concepts que nous créons naissent d’une collaboration étroite avec nos clients. Les nombreuses réflexions avec l’équipe de Juliette Pertuy de la Luxembourg Space Agency ont permis de définir ensemble un cahier des charges précis pour New Space Europe 2022.

Newspace Europe est un évènement phare de l’agence spatiale, qui s’intègre dans ses objectifs stratégiques en cela qu’il permet de faire le lien entre les développements et services venant du monde spatial et les besoins des industries terrestres. Pour l’agence, relier les deux « mondes » est essentiel : cela contribue à développer et pérenniser le secteur, et à éduquer les différents publics quant à l’impact positif du spatial sur les activités terrestres.

Partant du résultat escompté, nous réfléchissons à un concept artistique. FreeLens, en tant que concepteur, travaille depuis 25 ans dans la production de programmes TV et de couverture d’événements mondiaux. DB Video nous accompagne sur la partie technique pour sublimer les contenus. En tant que société de production audiovisuelle spécialisée dans la création de contenus pour les chaînes de TV commerciales ou institutionnelles, il est primordial, pour nous, que la partie technique serve le contenu pour un résultat créant de l’audience. Telle fut notre approche lorsque l’équipe de la Space Agency nous a présenté le thème de l’édition 2022 « Bridging Earth & Space ».

Les différents sujets abordés sur le plateau devaient être mis en valeur par un set-up scénique à la hauteur. Notre directeur artistique, Thomas Lagache, a imaginé un dispositif graphique permettant de symboliser ce pont entre l’espace et la terre, ce fut donc le fil rouge de la création du concept. Une surface de projection LED horizontale et verticale de plus de 100 m² a permis de concevoir un espace global renforçant la jonction Terre / Espace. La mise en scène lumière créée par un directeur de la photo spécialisé dans la scénographie de show TV, a rendu le voyage spatial ultra réaliste et immersif. Tous les contenus graphiques créés pour l’occasion ont ainsi permis d’identifier clairement chaque thème abordé dans les sessions de Keynote ou de discussion.

Il est primordial, lorsque nous élaborons des programmes TV, que l’expérience soit forte aussi bien pour le public en plateau que pour le téléspectateur devant son écran. Le but est de créer un sentiment de proximité inclusive pour tous. Les internautes comme les spectateurs doivent être impliqués dans le show. Dans cet espace scénique unique, Juliette Pertuy et Mélanie Delannoy ont regroupé les meilleurs experts du monde spatial de la scène internationale. La modération confiée à Dan Ram correspondait à l’ambiance moderne, captivante et détendue du concept général de l’événement. Spontané et flexible, professionnel et drôle, Dan a cette capacité des présentateurs TV adepte du Live, de pouvoir rebondir à chaque instant pour dynamiser le contenu et le rendre attractif et passionnant.

Accompagné par Simon Fache, pianiste tout-terrain, l’ensemble de la mise en scène flirtait ainsi avec les concepts des Prime Time des grandes chaînes américaines. Les internautes pouvaient suivre l’ensemble en direct. Le dispositif de captation composé de 11 caméras, grues et têtes motorisées a permis au réalisateur Cédric Béringuier de proposer un Livestream digne d’une émission TV. La diversité et le nombre de caméras permet de créer un dynamisme et une attractivité du contenu et de la réalisation.

Cette collaboration et l’implication étroite entre le client et les prestataires, depuis l’idée jusqu’à la production, ont permis de concevoir un événement novateur, séduisant et engageant tant pour le public que l’audience connectée.

Quels sont les challenges auxquels vous avez pu faire face, que ce soit dans l’organisation, la mise en place du set up – ou même pendant l’événement en lui-même ?

Créer un événement d’une telle envergure en mode « hybride » nous ramène au principe de base de la télévision, notre core-business. Aussi, il nous a fallu appliquer le workflow du Live pour mener à bien le challenge de New Space Europe 2022. Une équipe graphique a créé durant 15 jours l’ensemble des contenus des murs LED et du signal streaming. Génériques, jingles, bandeaux, boucles d’animation, c’était un vrai challenge de créativité pour produire le réalisme de l’ensemble. Ensuite, le plus grand défi était de synchroniser tous les contenus des murs LED qui rendent le show immersif pour le public présent, avec les éléments graphiques broadcast insérés dans le signal internet.

Comme pour une émission de TV, il faut respecter au mieux les horaires et les temps de parole pour préserver un dynamisme permanent. Le script très détaillé, géré avec l’équipe de la LSA, permettait une coordination entre tous les signaux, les contenus et les speakers pour respecter l’ensemble de la conduite. À cela s’ajoutent les technologies de connections distantes pour gérer les intervenants en distanciel. L’ensemble représente une équipe de plus de 25 personnes en régie pour gérer, tel un programme TV, la fluidité du show.

Les aléas du direct sont partie prenante d’un tel programme mais la réactivité du réalisateur a permis de réaliser un sans-faute.

Aujourd’hui le digital fait souvent partie intégrante des événements, d’autant plus depuis la pandémie liée au Covid-19 et la démocratisation des formats hybrides. Selon vous, faut-il désormais mêler systématiquement présentiel et digital ?

New Space Europe est un exemple typique de programme hybride réussi. Il regroupe des personnes qui souhaitent venir physiquement participer à l’expérience pour rencontrer, créer du réseau, interagir physiquement. D’autre part, il y a une audience qui ne peut se déplacer où souhaite simplement suivre une partie de l’événement en ligne. Les deux publics sont différents et complémentaires. Le mode hybride permet de multiplier l’audience plutôt que de la diluer. Il permet aussi de limiter le nombre de personnes en salle pour des questions budgétaires, tout en offrant le contenu et l’expérience au plus grand nombre.

Le format hybride a également un aspect écologique certain. Il limite les déplacements permet d’inclure des intervenants distants internationaux sans devoir effectuer des déplacements aériens, booker des chambres d’hôtels…

Nous créons chez FreeLens des livestreams et programmes en live depuis bientôt 20 ans. La période Covid a grandement vulgarisé les formats full digitaux qui se sont transformés en formats hybrides avec la fin de la pandémie. Aussi un événement hybride doit être inclus dans une communication digitale globale. C’est l’approche de la Luxembourg Space Agency qui a une présence permanente et soutenue sur les réseaux sociaux. Une communication en amont, pendant et après l’événement avec la mise à disposition des replays et des meilleurs moments permet d’offrir du contenu informatif, communicatif et éducatif en B to B ou B to C.

Le mode hybride est la meilleure méthode pour toucher un plus large public. À l’image d’un match de foot, il y a ceux qui souhaitent absolument être dans le stade pour vivre l’événement de l’intérieur et ceux pour qui l’expérience de suivre la rencontre derrière leur écran est suffisante. La TV a inventé “l’hybride” depuis sa création, le Covid l’a vulgarisé pour les événements corporate.

Comment voyez-vous les événements et leur format évoluer dans les prochaines années ?

La multiplication des événements digitaux nous a permis de développer des technologies hybrides incluant la réalité virtuelle ou augmentée. Dans nos studios nous créons aujourd’hui des contenus virtuels temps réels que nous intégrons d’ores et déjà dans les programmes TV ou les événements de nos clients corporate. Le virtuel prend une place importante dans nos créations scéniques. Notre pôle “graphisme temps réel” développe des environnements virtuels qui limitent les coûts de création des décors réels et limitent ainsi l’impact écologique en évitant l’utilisation de matériaux réels.

Le virtuel permet aussi la téléportation d’intervenants, de présentateurs, modérateurs, experts pour enrichir l’éditorial tout en minimisant l’impact environnemental. Cette évolution technologique nous permettra d’être prêt dans les prochaines années pour organiser des événements entièrement dans le Metaverse.

En attendant, la forme hybride incluant du virtuel a de beaux jours devant elle, l’humain ayant un besoin de rencontres réelles.

 

Découvrez le making-of de New Space 2022 :