23.11.2022 Human Ressources

Nouvelle campagne du ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes, en coopération avec le Conseil de l'Europe

La ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Taina Bofferding, a lancé le 23 novembre 2022 la nouvelle campagne d’information et de sensibilisation intitulée “Sexismus: Erkenn et. Schwätz et un. Stopp et!”, en présence de Caterina Bolognese, cheffe de la Division de l’égalité entre les femmes et les hommes de la Direction générale de la démocratie du Conseil de l’Europe. Cette campagne s’inspire des travaux du Conseil de l’Europe en la matière, notamment la recommandation de 2019 sur la prévention et la lutte contre le sexisme. La campagne a comme objectifs de fournir une définition du sexisme, de montrer ses différentes facettes et d’inciter à des changements de comportement.

La ministre Taina Bofferding explique d’abord que “le sexisme est un sujet très sensible. Avouer qu’on est exposé au sexisme, au harcèlement et à l’oppression sexistes est d’autant plus sensible pour les victimes. Voilà pourquoi, le sexisme dans notre société ne doit pas nous laisser indifférent”.

Le sexisme est présent dans tous les domaines de la vie et concerne toute la société, même si les femmes et les filles en sont proportionnellement plus affectées. Le sexisme n’est pas un phénomène abstrait, mais constitue tout acte, geste, représentation visuelle, propos oral ou écrit, pratique ou comportement fondés sur l’idée qu’une personne ou un groupe de personnes est inférieur du fait de leur sexe, commis dans la sphère publique ou privée, en ligne ou hors ligne.

Le sexisme peut avoir comme effet de porter atteinte à la dignité ou aux droits inhérents d’une personne ou d’un groupe de personnes et entraîner des dommages ou des souffrances de nature physique, sexuelle, psychologique ou socio-économique. Le sexisme est un acte intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant. Il fait obstacle à l’émancipation et à la réalisation pleine et entière des droits humains et renforce les stéréotypes de genre. Dans sa version la plus néfaste, le sexisme peut mener à l’agression ouverte et à la violence psychologique et physique.

La campagne “Sexismus: Erkenn et. Schwätz et un. Stopp et!” se compose de sept clips audiovisuels diffusés de manière ciblée à la télé, à la radio, au cinéma, sur certains sites web ainsi que les réseaux sociaux, d’un site d’action, et d’une brochure pour illustrer l’aspect multidimensionnel du sexisme et sa présence dans les différents domaines de notre vie. Dans ce contexte, la ministre explique: “En effet, le sexisme est fait par la société. Voilà pourquoi, je vois aussi l’opportunité et la possibilité qu’elle s’en débarrasse. Chacun peut passer à l’action par le biais du dialogue et l’échange en famille, dans le cercle d’amis, sur le lieu du travail avec les collègues…bref dans tous les domaines où il est possible de prendre l’initiative pour rendre attentif au sexisme et pour inciter au changement des comportements sexistes.”

Caterina Bolognese, cheffe de Division du Conseil de l’Europe de l’égalité de genre, insiste enfin sur l’importance d’une mobilisation au niveau international pour la lutte contre le sexisme: “Nous saluons cette importante initiative du gouvernement luxembourgeois et remercions la ministre pour son travail. Le Conseil de l’Europe est un allié de longue date du MEGA et nous encourageons les autres États membres à suivre cet exemple. L’existence d’une vision commune dans nos 46 pays pour la lutte contre le sexisme est un pas important en avant pour des progrès en matière d’égalité de genre dans la vie quotidienne de toutes et tous.”

Source: Ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes